Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réunion des indignés d’Annecy du 17 octobre 2011
À l’alterlocal à Cran Gevrier (3 chemin des Grèves)
Environ 25 participant-es

 

 

(en majuscules : les décisions prises par le groupe)

Suites du rassemblement mondial des indignés du 15 octobre 2011
Suite au rassemblement du samedi 15 octobre devant l’hôtel de ville d’Annecy, un blog vient d’être créé : http://occupyannecy.over-blog.com

Journée mondiale du 15 octobre : 85 pays, 961 villes dans le monde, des millions de manifestants. Évènement totalement minimisé par les médias
Cf http://occupyfrance.org/

Cédric : J’ai un plan pour faire des flyers et des stickers gratuitement

[?] : J’ai un plan pour améliorer le flyer et le rendre plus « accrocheur »

Discussion sur la BCE (Banque Centrale Européenne)
Faire une pétition française et/ou européenne sur la BCE

Aujourd’hui 5 heures d’émission de Daniel Mermet sur la BCE
Celui qui est à sa tête (Jean-Marc Trichet va être remplacé par Mario Draguet ex-président de Goldman & Sachs et indirectement responsable des dettes européennes)

Cédric : La BCE n’a pas le droit de prêter aux États : elle prête aux banques privées quasiment à taux zéro qui prêtent aux États à taux largement non nul (15% pour la Grèce). Je ne trouve pas normal que des personnes qui ne sont pas élues gèrent l'argent. Je trouve hallucinant que tout le monde s'en foute. Ce n'est pas compliqué mais ils utilisent des mots incompréhensibles pour nous faire croire que c'est compliqué, mais non. Je souhaite lancer une pétition.

Ana : Avant de lancer une pétition il faut bien se renseigner moi je pense qu'il faut plutôt faire une pétition pour abolir l'article 123 du traité de Lisbonne. Ce traité est difficile à lire car c'est un puzzle. Il y a trois textes à annuler (article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973, article 104 de Maastrich, article 123 de Lisbonne) et ensuite on roulera sur l’or ! En effet, ce sont ces textes qui empêchent les banques centrales de prêter aux États à taux quasiment nul. Or il faut savoir que l’argent que les banques privées prêtent aux États, elles ne l’ont pas ! Elles le créent pour l’occasion.

Nicolas : Je pense qu'il faut abolir complètement le traité de Lisbonne.

Questions monétaires
Jacques : Sur l’opportunité de créer une monnaie locale à Annecy, il faut savoir que les créateurs de la monnaie locale de Romans sont prêts à venir nous rencontrer un week-end à Annecy pour nous expliquer ce qu’ils ont fait et nous aider à créer notre monnaie locale. Ils ne demanderaient que la prise en charge de leurs frais. Une cinquantaine de monnaies locales existent en France, les premières lancées il y a un an seulement, dont une dizaine en Rhône-Alpes : ça avance très vite !

Ana : Ce qui est intéressant c'est la monnaie locale fondante qui perd sa valeur au fil du temps. Les personnes qui s'engagent là-dedans acceptent le fait que leurs billets baissent de valeur et donc ça empêche le système capitaliste d’accumulation.

Autre sujet en cours : écriture d’un livret sur la dette format « Hessel », inspiré de l’ouvrage « La dette publique, une affaire rentable : à qui profite le système ? » de André-Jacques Holbecq & Philippe Derudder. Ce dernier donne une conférence à Annecy le 28 octobre, réservations à la librairie des Arts. Attention ça risque d’être complet. On a contacté les auteurs et l’éditeur et ils sont OK.

Autre sujet en cours : rédaction d’un tract.

Pierre : Je pense qu'il faut repartir dès le départ en faisant des tours de paroles avant de définir des commissions. On cherche à faire une vraie démocratie, il faut d'abord demander l'avis des gens. Et que chacun exprime dans quoi il est prêt à s’investir. Il faut pouvoir attirer le plus de personnes possible, avoir une ligne directrice, pour que tous ceux qui s'indignent puissent participer.

Sujets divers


Rania : Je suis Grecque, j'ai participé au mouvement cet été là-bas. On avait différentes communications. Je pense que ce serait bien de faire des petits groupes de travail (traduction, communication,…) qui puissent se voir une fois par semaine et que quand on se voit tous ensemble, c'est pour mettre en commun et échanger.

Ana : Ce qu’on a vécu sur le gazon du Pâquier, c’est que c’est important aussi que les gens puissent s’exprimer.

[?] : Que ça ne reste pas à un niveau de se plaindre, il faut que ça avance.

Coralie : Attention de ne pas entrer dans une thérapie de groupe. Samedi il y avait quelqu’un qui voulait lutter contre la nouvelle antenne relais de la rue royale, il y a avait des gens du front national. Attention à la récupération.

Jacques : Oui effectivement il ne faut pas d’affichage partisan. Un jour le PCF est venu sur le gazon du Pâquier avec leurs panneaux et on leur a dit qu'on ne voulait pas de ça. Ils ont plié leurs panneaux et sont quand même restés avec nous toute la soirée. 

Cédric : C'est bien de parler de nos problème personnels mais il faut rester sur le sujet des indignés. Temporiser quand on prend la parole, tâcher de s’exprimer rapidement.
Nicole : Il y a eu un petit incident samedi, une personne a remis en cause la démocratie du groupe. Elle a parlé du massacre du 17 octobre 1961 à Paris (ça fait pile 50 ans aujourd’hui et deux films vont sortir mercredi) afin que la France reconnaisse son crime. Elle voulait faire souligner l’aspect colonisateur d’un pays et contre le capitalisme [?]. On l’a un peu rabrouée et du coup elle n’avait plus envie de revenir ce qui est dommage.

Ana : Ce qui est très important c’est la ténacité dans la lenteur.

Coralie : Il faut faire attention que le mouvement ne soit pas récupéré. C'est une cause globale. Samedi c'était le 1er regroupement et il fallait être lisible. [Ne pas oublier tout de même que les indignés du Pâquier se sont réunis chaque lundi depuis le 6 juin].

Gérard : Il faut faire attention quand même. Ce mouvement doit être à tout le monde, sans consigne, en intégrant les démarches locales. Ce mouvement indigné n'appartient à personne. Il faut comprendre que chaque engagement doit pouvoir s'intégrer et que chaque personne puisse enrichir le mouvement. Il faut affirmer ce qu'on est de façon que les personnes qui ne sont pas de ce mouvement là partent d'elles-mêmes.

Pierre : Samedi il y avait un mot d'ordre : nous somme les 99 % qui ne se font jamais écouter et nous en faisons tous partie.

Nicolas : Quelle que soit l'association ou les personne qui viennent, elles ne doivent en aucun cas pouvoir récupérer le mouvement.

LE GROUPE SE MET D’ACCORD POUR QUE, LORSQUE DES PERSONNES VIENNENT AVEC UNE REVENDICATION OU DES PANNEAUX, ILS L’EXPOSENT AUX AUTRES, ET SI C’EST RETENU, ON TRAITE LE SUJET.

Cédric : Au niveau des banderoles, j'ai une info qui vient de Marseille. A Marseille il y à une dame qui nous a informé que les mairies pouvaient fournir les banderoles gratuitement.

Rania : Faire des groupes en fonction des compétences de chacun.

On fait circuler une feuille où chacun note ses compétences.

Chacun se présente et indique de quelle commune il est…

Un forum va être créé sur le blog. On y rapatriera l’ancien forum des indignés du Pâquier. Le site librinfo74 fera un lien vers ce forum.

Jacques : Depuis 15 jours on se gèle le soir sur le Pâquier alors on a demandé de venir là et l’alterlocal nous a accueillis très gentiment. Ils ont des frais, dans les 700 € par mois et je pense qu'il faut qu'on participe chacun selon ses moyens.

Une tire-lire est posée sur le bar et chacun peut y mettre son obole.

Nathalie et Jean-François + Thomas tiendront la mailing-list où seront envoyées les infos en « push » pour ceux qui en ont demandé. Charles Lahlou qui s’était proposé samedi sera également sollicité.

PAUSE

Claudine : qui décide finalement en Europe… ? On ne sait pas vraiment…  En tous cas pas le peuple !

Qu’est-ce qu’on fait pour samedi ?
En tous cas on se retrouve à 14h devant la mairie.
S’il pleut ? Bonlieu est un centre commercial à intérêt culturel, donc privé.
PAR CONTRE LE HALL DE LA MAIRIE EST PUBLIC PAR EXCELLENCE ! CETTE IDÉE EST RETENUE EN CAS DE PLUIE

Pancartes, banderoles…

SAMEDI PROCHAIN ON PRÉSENTE CE QU’ON A FAIT DEPUIS SAMEDI DERNIER ET ON COMMENCE À TRAVAILLER SUR DES CHOSES CONCRÈTES EN DEMANDANT AUX GENS SUR QUOI ILS SOUHAITENT TRAVAILLER ET ON CRÉE DES GROUPES.
On peut faire un panneau avec des colonnes où en tête de colonne on indique les thèmes et chacun se note en-dessous.
Qui fait ce support ? Qui a un paper board ?

ON ESSAYE DE RESTER TOUS LES SAMEDIS À LA MAIRIE ET LE LUNDI À L’ALTER-LOCAL. ET ON S’Y MET !!!!!

Tag(s) : #Comptes Rendus